Définitions :

Réduction d’impôt :
La réduction d’impôt vient en déduction de l’impôt calculé selon le barème progressif.
Dans le cas où le montant de la réduction d’impôt est supérieur au montant de l’impôt, il ne peut y avoir de remboursement. Votre impôt est donc ramené à 0 €.
Crédit d’impôt :
Le crédit d’impôt est également déduit de l’impôt calculé.
Contrairement à la réduction d’impôt, si le crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt, le surplus (ou la totalité si vous n’êtes pas imposable) donne lieu à remboursement par la Direction Générale des Finances Publiques.

Bon à savoir :

  • Si vous cumulez à la fois réductions d’impôt et crédits d’impôt, l’administration fiscale imputera d’abord les réductions d’impôts, puis les crédits d’impôts.
  • Les sommes inférieures à 8 € ne sont pas remboursées.

Exemples :

Exemple 1 :

Impôt sur le revenu (avant imputation des réductions/crédits d’impôts) : 3 449 €
Réductions d’impôt : 4 000 €
Crédits d’impôts : 570 €
Impôt à payer : 0 €
Explication : le montant de la réduction d’impôt étant supérieur au montant de l’impôt, celui-ci est ramené à 0 €.

Exemple 2 :

Impôt sur le revenu (avant imputation des réductions/crédits d’impôts) : 3 449 €
Réductions d’impôt : 570 €
Crédits d’impôts : 4 000 €
Montant remboursé : 1 121 €
Explication : 3 449 € – 570 € – 4 000 € = – 1 121 €
Vous l’avez donc compris : pour effacer totalement le montant de votre impôt sur le revenu à payer, ou mieux, recevoir des remboursements de la DGFIP, il faut donc savamment jongler avec les 2 dispositifs et doser les dépenses associées pour optimiser votre fiscalité personnelle ! 😉