En décembre 2017, j’annonçais à mes collègues et collaborateurs mon départ de la Sécurité Sociale.

Voici le discours que je leur ai tenu à l’occasion de mon pot de départ. Il est un peu long mais s’il peut aider une seule personne à oser OSER, à quitter une situation professionnelle qui ne lui convient plus, à sauter le pas vers l’inconnu, j’en serai ravie.

Je ne savais pas encore à ce moment-là que je ferai un virage à 180° par rapport à mon métier d’alors, préférant adopter un rôle de conseil et de soutien auprès des entrepreneurs plutôt qu’une casquette répressive d’inspecteur !

 

MON DISCOURS DE DÉPART
« Comme vous le savez certainement tous à présent, j’ai choisi de quitter l’institution au 31/12 de cette année (2017).
Parce qu’il arrive un moment dans la vie où nous savons exactement ce que nous voulons, mais surtout ce que nous ne voulons plus jamais, je fais le choix de fermer ce chapitre exceptionnel du livre de ma vie, qui avait pris tant de place ces derniers mois. En tournant cette page, une feuille blanche s’offre à moi et je peux vous dire que j’y écrirai chaque mot avec délectation, pour donner de la saveur à chaque phrase qui racontera mon bonheur et mon amour de la vie, de MA vie à venir.

Aujourd’hui je me présente à vous, sans fard ni vernis, sans masque ni filtre. En toute simplicité.
Je suis entrée à la Sécu par hasard et aujourd’hui je la quitte avec conviction.

Soyez certains qu’il s’agit d’une décision tout à fait éclairée. Je ne suis ni folle, ni courageuse. C’est l’une des décisions les plus importantes de ma vie. J’accepte enfin d’être à l’écoute de mon cœur, de le voir résonner à nouveau, au lieu de raisonner avec mon esprit.

Le 1er pas pour avoir ce que vous voulez, c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus. A 36 ans, je m’émancipe et il était temps ! Il n’est plus question de faire des choix par défaut dorénavant, des choix dictés, commandés, des choix qui n’en sont pas mais sont faits pour faire plaisir aux autres, par crainte du regard des autres, pour ne pas décevoir, pour que l’on nous aime, tout simplement.

Aujourd’hui, mon corps a besoin de repos, mon esprit a besoin de paix et mon cœur a besoin de joie.

Si Paulo COELHO disait « qu’il n’y a qu’une seule chose qui puisse rendre un rêve impossible, c’est la peur d’échouer », Henri FORD quant à lui disait « qu’échouer, c’est avoir l’opportunité de recommencer de manière plus intelligente ». Je veux enfin suivre MON chemin, une vie professionnelle qui sera construite pour, autour et avec mes proches.

La santé de mes proches, mon épanouissement personnel, ma présence auprès de mes enfants et de mon époux ont bien plus d’importance que le travail, aussi intéressant soit-il.

A mes 24 collaborateurs (et je vais prendre le temps de tous vous citer, et surtout n’y voyez pas un quelconque classement du cœur ou de l’esprit, à part celui de citer les dames en premier) :
Kelly, Virginie, Nicole, Milène, Séverine, Natacha, Pascaline, Rita, Caroline, Geneviève, Noëlle, Nadine, Nancy, Corine et Jérôme, Maxime, H, Georges-André, Jean-Fred, Jacky, Mickaël, Gérald,  Guy et René : je veux vous dire combien j’ai apprécié travailler avec vous. Vous m’avez inspirée, portée, comprise, fait grandir. Vous êtes de belles personnes, dont j’ai pu découvrir les nombreuses qualités et les quelques (rares) défauts. Ne changez rien surtout, restez tels que vous êtes. J’ai eu le sentiment de vous faire grandir un peu moi aussi, d’avoir réussi à vous tirer vers le haut.

Je ne citerai aucun des chantiers, aucun des projets que j’ai porté. En effet, dans quelques mois, vous oublierez ce que j’ai fait et ce que j’ai dit. Mais je nourris le secret espoir que vous n’oublierez jamais comment vous vous êtes sentis à mon contact, comment je vous ai considéré, et combien j’ai apprécié votre valeur. Vous êtes des personnes formidables.

Aux p’tits jeunes en particulier, mes stagiaires comme je vous appelle de manière très maternelle, j’ai envie de vous dire : « Bossez dur, soyez passionnés mais jamais au détriment et au sacrifice de vos familles ». Vous concernant, j’ai un très grand regret : celui d’avoir pris tant de soins à vous recruter et au bout du compte, de ne pas avoir l’occasion de voir ce que vous avez dans le ventre et ce que vous valez sur le terrain. L’année 2018 sera votre année. Vous réussirez un à un vos évaluations et vos stages pour parvenir avec succès à la certification et à l’agrément. Je n’en ai aucun doute.

A vous, autres collègues ici présents, je veux vous dire que si vous êtes là aujourd’hui c’est également que vous avez compté pour moi dans ma construction personnelle, en m’inspirant. Modèles à suivre … ou pas, moteur ou frein, vous m’avez permis à votre manière d’en connaitre chaque jour un peu plus davantage sur moi-même. Je vous ai croisé, côtoyé, nous avons collaboré, souvent agréablement, parfois difficilement, mais toujours dans le respect des personnes et des convictions des uns et des autres.

A ma hiérarchie, je veux dire merci d’avoir accepté de me rendre ma liberté.

A mon époux ici présent, je veux te dire combien je t’aime pour ce que tu es. J’apprécie chaque jour passé à tes côtés et ton soutien indéfectible depuis 16 ans. Je te suis reconnaissante pour supporter au quotidien mon caractère bien trempé. Je veux te dire qu’il arrivera certainement que dans les prochains mois l’argent vienne à manquer dans notre foyer. Car non ! Nous n’avons pas gagné au loto, au PMU ou au Casino ! Non ! Nous n’avons pas non plus hérité. Mais quand les doutes vont m’assaillir, quand les craintes vont surgir, j’ai la certitude là encore que tu seras là pour m’épauler et m’aider à trouver ma voie. Quand bien même la route serait sinueuse et jalonnée d’obstacles, nous retiendrons le voyage, les personnes rencontrées, les paysages traversés, sans se fixer à tout prix une destination. L’essentiel sera de faire ce voyage ensemble et soudés.

Puisque VIVRE est un art, je compte passer chaque jour me restant à vivre à exceller dans cet art ».

Dominique MAILLOT (Ex-inspecteur du recouvrement des URSSAF à la CGSS de la Réunion, Ex-Responsable du Département Contrôles et Enquêtes, Ex-Référente Fraudes auprès du CODAF)

Cela fait énormément de bien de se libérer de ces étiquettes bien pompeuses pour en adopter une qui me sied à merveille car créée sur-mesure : Consultante en optimisation des finances 😉